Informations

Les réactions catalysées par la désulfhydrase ont-elles lieu dans les cellules animales ?


Ce n'est pas une question de devoirs. Je suis juste coincé avec des réactions de désulfhydrase et je suis incapable de trouver suffisamment d'informations aux endroits habituels. Toute source externe sur ce sujet serait utile.


Une désulfhydrase catalyse l'élimination du sulfure d'hydrogène d'un composé. Alors la réponse est oui, mais ce n'est pas la réaction la plus souvent annotée pour l'enzyme cystathionine gamma-lyase.

Je ne savais pas d'emblée. Voici comment j'ai répondu à la question :

J'ai cherché Entrez Protein (ou NCBI… quel que soit le nom) avec les termes suivants :

(désulfhydrase) ET "Homo sapiens"[porgn:__txid9606]

Et j'ai obtenu trois résultats pour les isoformes de la cystathionine gamma-lyase. J'ai cliqué sur l'un d'eux et j'ai commencé à lire. Points clés que j'ai notés :

EC_number="4.4.1.1"

La cystathionine gamma-synthase est une enzyme dépendante du PLP et catalyse l'étape engagée de la biosynthèse de la méthionine. Cette voie est unique aux micro-organismes et aux plantes, faisant de l'enzyme une cible attrayante pour le développement d'antimicrobiens et d'herbicides.

C'est donc une bonne question car, si les gens caractérisent normalement cette enzyme en termes de biosynthèse Met, alors nous n'avons pas de désulfhydrase. Mais j'avais confiance que la chose était correctement annotée et que le commentaire ci-dessus était tout simplement trop axé sur la médecine (comme l'est beaucoup de littérature biochimique).

Donc, pour vraiment comprendre l'enzyme elle-même, j'ai recherché sur MetaCyc l'identifiant Enzyme Commission 4.4.1.1.

Cela me permet de visualiser facilement la réaction catalysée. Et l'annotation l'explique clairement :

Résumé de la Commission Enzymatique : A multifonctionnel protéine pyridoxal-phosphate. L'enzyme clive une liaison carbone-soufre, libérant de la L-cystéine et un produit énamine instable qui tautomérise en une forme imine, qui subit une désamination hydrolytique pour former du 2-oxobutanoate et de l'ammoniac. Cette dernière réaction, qui peut se produire spontanément, peut également être catalysée par EC 3.5.99.10, 2-iminobutanoate/2-iminopropanoate désaminase.

Catalyse également les réactions d'élimination de L-homosérine en 2-oxobutanoate et ammoniac, de L-cystine, produisant de la thiocystéine, du pyruvate et de l'ammoniac, et de L-cystéine, produisant du pyruvate, du sulfure d'hydrogène et de l'ammoniac.


En plus de la réaction décrite dans la réponse de Ryan, la cystathionine bêta-synthase (CBS) catalyse également une réaction qui produit du sulfure d'hydrogène. Ces deux réactions sont considérées comme les principales sources de sulfure d'hydrogène chez les mammifères.


Biologie cellulaire : compartiments et complexité

Des biologistes Ludwig-Maximilians-Universitaet (LMU) à Munich ont examiné de plus près la distribution subcellulaire des protéines et des intermédiaires métaboliques dans une plante modèle. Les résultats de l'étude fournissent de nouvelles informations sur la dynamique des processus métaboliques dans les cellules.

Les cellules eucaryotes - dans ce contexte, les cellules végétales - contiennent une variété de compartiments subcellulaires dans lesquels des ensembles spécifiques de réactions enzymatiques ont lieu. Outre les organites classiques délimités par des membranes intracellulaires, la phase soluble du cytoplasme (communément appelée cytosol) est le siège de transformations métaboliques définies. La façon dont les processus métaboliques dans ces divers compartiments sont régulés et coordonnés est mal comprise. Utiliser le cresson de thale (Arabidopsis thaliana) comme modèle, une équipe dirigée par le biologiste Thomas Nägele (Professeur de biologie évolutive des cellules végétales au LMU) a maintenant réussi à quantifier la distribution subcellulaire d'une large gamme de protéines et de métabolites dans les cellules des feuilles, révélant ainsi de nouveaux aspects de la dynamique métabolique dans ces cellules. L'étude apparaît dans Le Journal des Plantes.

"Il arrive souvent que les effets des facteurs environnementaux sur le métabolisme des plantes ne puissent être que vaguement caractérisés, car les cellules végétales ne peuvent pas être interrogées avec la précision nécessaire", explique Nägele. "Par exemple, si certains produits du métabolisme s'accumulent en réponse à un stress environnemental, il n'a pas été possible de déterminer où exactement dans la cellule ils s'accumulent réellement - que ce soit dans la vacuole végétale remplie de liquide qui sert de compartiment de stockage, en la mitochondrie qui alimente la cellule en énergie, dans le cytosol où se déroulent de nombreuses réactions métaboliques, ou ailleurs."

Lui et ses collègues ont maintenant modifié une méthode conventionnelle – connue sous le nom de « fractionnement non aqueux » – pour la rendre compatible avec les analyses à haut débit. Avec cette approche, les cellules peuvent être démantelées dans leurs compartiments constitutifs, et le contenu de chacune peut être analysé séparément.

La nouvelle stratégie de fractionnement a permis aux chercheurs du LMU de montrer qu'une mutation invalidante de l'enzyme cytosolique hexokinase a un impact significatif sur les processus qui se produisent dans les chloroplastes (les sites de la photosynthèse) et les mitochondries. L'hexokinase catalyse la phosphorylation des glucides. Ce faisant, il permet la production d'intermédiaires nécessaires à de nombreuses autres voies métaboliques, notamment la respiration des plantes.

"Nos résultats démontrent que le glucose s'accumule dans le cytosol lorsque l'hexokinase est défectueuse - et cela s'accompagne d'une augmentation du taux de glucose dans la vacuole, tandis que les concentrations des acides aminés glycine et sérine dans les mitochondries sont considérablement réduites", Nägele explique.

Ces deux acides aminés sont des intermédiaires centraux dans une voie métabolique importante connue sous le nom de photorespiration, qui s'oppose essentiellement à la photosynthèse et est stimulée en particulier par le stress hydrique. Par conséquent, la mutation dans l'hexokinase réduit très probablement la capacité photorespiratoire de la cellule. Cette hypothèse est étayée par d'autres analyses de l'impact de la mutation sur les protéines qui sont connues pour jouer un rôle important dans la médiation de la photorespiration.

"Notre étude démontre que les analyses au niveau subcellulaire peuvent découvrir les principes centraux des mécanismes de régulation qui contrôlent le métabolisme des plantes", explique Nägele. "Nos méthodes améliorées nous ont permis d'identifier de nouveaux marqueurs qui peuvent désormais être utilisés dans de futures enquêtes."


Les différentes façons dont les organismes utilisent Atp.

Le transport actif direct a lieu dans les cellules des organismes. C'est lorsque l'ATP se décompose en ADP (adénosine di-phosphate), la molécule de phosphate se fixe sur la protéine porteuse. Un exemple de ceci est l'absorption d'ions par les cellules racinaires dans les plantes, ce qui permet d'obtenir un potentiel hydrique inférieur à l'intérieur des racines conduisant au mouvement des plantes à l'intérieur de la cellule. Par conséquent, la protéine porteuse change de forme et permet aux molécules d'entrer dans la cellule. Le co-transport a lieu dans l'intestin grêle, où les cellules épithéliales pompent des ions sodium dans la lumière (par une pompe sodium potassium), cela nécessite de l'ATP car il va à l'encontre du gradient de concentration. Les ions sodium redescendent ensuite vers la cellule en transportant une molécule de glucose qui peut être utilisée pour la respiration.

Dans la photosynthèse, pendant le cycle de Calvin, l'ATP est nécessaire pour réduire le glycérate-3-phosphate en phosphate de triose, celui-ci peut ensuite être transformé en glucose et en d'autres molécules organiques. La respiration est le processus le plus important dans un organisme, c'est là que le glucose est décomposé pour produire de l'ATP. La glycolyse est la première étape de la respiration, c'est-à-dire lorsque deux molécules d'ATP sont nécessaires pour décomposer le sucre hexose (C6H1206) en deux molécules de pyruvate. Le processus global de respiration fournit 36 ​​molécules d'ATP que l'organisme peut utiliser. Les processus métaboliques tels que l'homéostasie nécessitent également que l'ATP maintienne un environnement interne constant.

L'homéostasie peut avoir lieu lorsque la glycémie chute en dessous de la normale. L'adrénaline permet aux cellules bêta du pancréas de maintenir la glycémie constante. L'adrénaline se fixe au site récepteur à la surface de la cellule, ce qui forme un complexe hormonal récepteur, activant ainsi une enzyme à l'intérieur de la cellule. De plus, cette enzyme convertit l'ATP en AMP cyclique, ce qui active un modèle de messager secondaire et active d'autres enzymes qui convertissent le glucagon en glucose.

Les cellules musculaires ont besoin d'ATP pour maintenir l'action de contraction, lorsque les têtes de myosine se lient au site d'actine, elles changent de direction de mouvement en tirant le filament d'actine. Cependant, il reste dans cette position afin qu'aucun autre mouvement ne puisse se produire, l'ATP se fixe sur la tête de myosine et la fait se détacher de la molécule d'actine. Ceci est fait par l'ATPase qui décompose la molécule d'ATP en ADP, l'énergie libérée par cette réaction d'hydrolyse est utilisée pour détacher la tête de myosine afin qu'elle puisse se rattacher plus loin le long du filament d'actine. Si l'ATP n'est pas libéré dans le sarcomère, la tête de la myosine reste dans la même position, ce qui provoque une condition appelée rigor mortis, ce qui rend les muscles raides après la mort. L'ATP est essentiel dans les cellules musculaires pour maintenir le mouvement et d'autres processus métaboliques.

En conclusion, de nombreux organismes utilisent l'ATP pour maintenir leur environnement interne, cela peut se faire de diverses manières telles que la respiration, la photosynthèse. L'ATP est utile dans un organisme car il est décomposé en une seule étape d'hydrolyse, il se trouve dans chaque cellule.


Respiration chez l'humain

Chez les êtres humains, l'air est inhalé dans le corps par les narines.

Par les narines, l'air passe par la gorge et dans les poumons.

De plus, il y a des anneaux de cartilage, présents dans la gorge, ces anneaux garantissent que le passage d'air ne s'effondre pas (voir l'image ci-dessous).

Dans les poumons, le passage est divisé en tubes de plus en plus petits (voir l'image ci-dessus), qui se terminent finalement par des structures en forme de ballon appelées alvéoles.

Les alvéoles fournissent une base ou une surface où l'échange de gaz peut avoir lieu.

Les parois des alvéoles comprennent un vaste réseau de vaisseaux sanguins. Ainsi, tout en inspirant, nous soulevons nos côtes et aplatissons notre diaphragme, la cavité thoracique s'agrandit ainsi. Au cours du processus, de l'air est aspiré dans les poumons et remplit les alvéoles dilatées.

Le sang, d'autre part, apporte du dioxyde de carbone du reste du corps pour le libérer dans les alvéoles, et l'oxygène dans l'air alvéolaire est absorbé par le sang dans les vaisseaux sanguins alvéolaires pour un transport ultérieur vers toutes les cellules du corps. .

N'oubliez pas que pendant le cycle respiratoire, lorsque nous inspirons et expulsons de l'air, les poumons stockent toujours un volume d'air résiduel afin qu'il y ait suffisamment de temps pour que l'oxygène soit absorbé et que le dioxyde de carbone soit libéré.

Dans le corps humain, le pigment respiratoire est l'hémoglobine et l'hémoglobine a une grande affinité pour l'oxygène.

L'hémoglobine est présente dans les globules rouges.

Par rapport à l'oxygène, le dioxyde de carbone est plus soluble dans l'eau et est donc principalement transporté sous forme dissoute dans le sang.


Étapes du cycle de Calvin

Avant d'identifier les différents processus impliqués dans le cycle de Calvin, il serait essentiel d'identifier les étapes de la photosynthèse dont fait partie le cycle. La photosynthèse est définie comme le processus par lequel les plantes et autres organismes convertissent l'énergie lumineuse en énergie chimique qui pourrait être utilisée pour produire de l'énergie pour les activités des plantes. Il comporte deux étapes : la phase de réaction claire et la phase de réaction sombre.

Dans la première étape, les réactions chimiques utiliseraient l'énergie de la lumière pour produire NADPH et ATP.

La deuxième étape est la phase de réaction sombre, où l'eau et le dioxyde de carbone sont convertis en molécules organiques. La deuxième étape est celle où le cycle de Calvin entre en jeu.

Les réactions du cycle de Calvin pourraient être divisées en trois étapes principales : l'étape de fixation du carbone, la phase de réduction, et la régénération de la molécule de départ. Même si le cycle est appelé phase de réaction dans l'obscurité, la réaction susmentionnée ne se produit pas vraiment dans l'obscurité. Au lieu de cela, ils nécessitent la réduction du NADP qui provient de la première étape.

1. Fixation du carbone

La première étape du cycle consiste à incorporer le carbone du dioxyde de carbone dans une molécule organique. Sous la fixation du carbone, une molécule de dioxyde de carbone se combinerait avec le ribulose-1,5-bisphosphate (RuBP), une molécule accepteur à cinq carbones.

Un tel dioxyde de carbone entrerait dans la couche mésophylle des feuilles en entrant par les stomates. Une enzyme appelée RuBP carboxylase/oxygénase ou rubisque catalyserait la fixation du dioxyde de carbone à la RuBP. Ce processus ferait un composé à six carbones.

Mais parce que ledit composé est instable, il se diviserait rapidement en deux molécules d'un composé à trois carbones appelé acide 3-phosphoglycérique ou 3-PGA. Par conséquent, pour chacun du dioxyde de carbone qui entrerait dans le cycle, deux molécules de 3-PGA sont formées.

2. Réduction

L'étape de réduction ou deuxième étape du cycle de Calvin nécessite de l'ATP et du NADPH. Ces composés sont utilisés pour convertir les molécules de 3-PGA (qui ont été extraites de l'étape de fixation du carbone) en un sucre à trois carbones connu sous le nom de glycéraldéhyde-3-phosphate ou G3P.

Le processus se déroule en deux grandes étapes. Dans la première étape, chaque molécule de 3-PGA recevrait un groupe phosphate de l'ATP, se transformant en un 1,3-bisphosphoglycérate, une molécule double phosphorylée. Cela laisserait ADP comme un sous-produit. Dans la deuxième étape, les molécules de 1,3-bisphosphoglycérate sont réduites en gagnant des électrons. Chacune des molécules recevrait deux électrons du NADPH et perdrait un de ses groupes phosphate. Après quoi, le glycéraldéhyde 3-phosphate ou G3P, un sucre à trois carbones, est produit.

La deuxième étape de l'étape de réduction produit du phosphate et du NADP + comme sous-produits. Il convient de noter que l'étape de réduction a reçu son nom parce que le NADPH donne ou réduit des électrons à un intermédiaire à trois carbones afin de fabriquer G3P.

3. Régénération

Lors de l'étape de régénération, certaines molécules de G3P produiraient du glucose tandis que d'autres seraient recyclées afin de régénérer l'accepteur RuBP. Cette étape nécessiterait de l'ATP et impliquerait un ensemble complexe de réactions.

Trois molécules de dioxyde de carbone doivent entrer dans le cycle pour qu'un G3P sorte du cycle et aille vers la synthèse du glucose, et fournisse trois nouveaux atomes de carbone fixés. Six molécules G3P seront produites lorsque trois molécules de dioxyde de carbone entreront dans le cycle. On sortirait du cycle pour être utilisé pour produire du glucose tandis que le reste serait recyclé afin de régénérer trois molécules de l'accepteur RuBP.


Cellules végétales et animales

Les plantes et les cellules animales partagent les mêmes caractéristiques structurelles de base, bien que les cellules végétales aient quelques éléments supplémentaires.

Voici un schéma d'une cellule animale typique :

Les cellules animales se présentent sous toutes sortes de formes et de tailles, mais ont les mêmes caractéristiques de base.

Le centre de contrôle est le noyau celui-ci contient toute l'information génétique de la cellule et contrôle toutes ses activités.

Les cytoplasme est comme une grosse soupe de produits chimiques dans laquelle les réactions se produisent.

Ensuite, formant l'extérieur de la cellule est le membrane cellulaire, qui agit comme une barrière et contrôle le transfert de matériaux dans et hors de la cellule.

Noter: Certaines cellules animales ont une vacuole.

Voici un schéma d'une cellule végétale typique :

Les cellules végétales se présentent également sous diverses formes, mais partagent des caractéristiques similaires. En plus des trois caractéristiques de base trouvées dans les cellules animales, les cellules végétales en ont d'autres utiles.

Premièrement, ils ont une rigidité paroi cellulaire fait de fibres de cellulose (que nous utilisons pour fabriquer du papier !) qui leur donne forme et résistance. La paroi cellulaire s'adapte étroitement juste à l'extérieur de la membrane cellulaire comme une boîte en plastique avec un ballon gonflé à l'intérieur.

Deuxièmement, ils ont un vacuole, qui stocke l'eau supplémentaire et donne un soutien supplémentaire à la cellule en appuyant fortement contre la paroi cellulaire.

Troisièmement, la plupart des cellules végétales contiennent également de petites structures rondes appelées chloroplastes, qui contiennent le pigment vert chlorophylle, qui est nécessaire à la photosynthèse.

Alors, à quoi ressemblent les cellules végétales dans la vraie vie ?

Voici une photo d'une cellule végétale vue au microscope :

Tissus, organes et organismes

Certaines plantes et certains animaux ne sont qu'une seule cellule, mais la plupart d'entre nous ne le sont pas. Une plante ou un animal vivant est appelé un organisme et est composé de nombreuses cellules travaillant toutes ensemble.

Certaines de ces cellules sont toutes du même type, collectivement elles sont appelées un tissu. Ils font tous le même travail, par exemple le tissu conjonctif, qui est utilisé chez les animaux pour connecter d'autres tissus entre eux - et nous empêcher de nous effondrer !

Ensuite, certains tissus différents sont regroupés pour constituer un organe comme l'estomac ou une feuille.

Enfin, certains organes travaillent ensemble pour former un Système d'organes comme le système digestif.


In vitro Essai

  • Les chercheurs ont créé des « organes sur puce » qui contiennent des cellules humaines cultivées dans un système de pointe pour imiter la structure et la fonction des organes et des systèmes d'organes humains. Les puces peuvent être utilisées à la place des animaux dans la recherche sur les maladies, les tests de drogue et les tests de toxicité et il a été démontré qu'elles reproduisaient la physiologie humaine, les maladies et les réponses aux médicaments avec plus de précision que les expérimentations animales brutes. Certaines entreprises, telles qu'AlveoliX, MIMETAS et Emulate, Inc., ont déjà transformé ces puces en produits que d'autres chercheurs peuvent utiliser à la place des animaux.
  • Une variété de tests cellulaires et de modèles tissulaires peuvent être utilisés pour évaluer la sécurité des médicaments, des produits chimiques, des cosmétiques et des produits de consommation. Par exemple, le modèle tissulaire EpiDerm™ de MatTek Life Sciences est un modèle tridimensionnel dérivé de cellules humaines qui peut être utilisé pour remplacer les lapins dans des expériences douloureuses et prolongées qui ont traditionnellement été utilisées pour évaluer les produits chimiques pour leur capacité à corroder ou irriter la peau.
  • Le PETA International Science Consortium Ltd. a aidé à financer le développement d'EpiAlveolar de MatTek Life Sciences, un modèle tridimensionnel unique en son genre de la partie la plus profonde du poumon humain. Le modèle, composé de cellules humaines, peut être utilisé pour étudier les effets de l'inhalation de différents types de produits chimiques, d'agents pathogènes et de fumée de (e-)cigarette.
  • Les appareils fabriqués par le fabricant allemand VITROCELL sont utilisés pour exposer des cellules pulmonaires humaines dans une boîte à des produits chimiques afin de tester les effets sur la santé des substances inhalées. Chaque jour, les humains inhalent de nombreux produits chimiques, certains intentionnellement (comme la fumée de cigarette) et d'autres par inadvertance (comme les pesticides). À l'aide des machines VITROCELL, les cellules humaines sont exposées au produit chimique en suspension dans l'air d'un côté tout en recevant des nutriments d'un liquide semblable au sang de l'autre, imitant ce qui se produit réellement lorsqu'un produit chimique pénètre dans un poumon humain. Ces dispositifs, ainsi qu'EpiAlveolar, peuvent remplacer la méthode actuelle consistant à confiner les rats dans de minuscules tubes et à les forcer à inhaler des substances toxiques pendant des heures avant qu'ils ne soient finalement tués.
  • Les chercheurs ont développé des tests qui utilisent des cellules sanguines humaines pour détecter les contaminants dans les médicaments qui provoquent une réaction de fièvre potentiellement dangereuse lorsqu'ils pénètrent dans le corps. Les méthodes non animales remplacent les méthodes grossières consistant à saigner les limules ou à immobiliser des lapins, à leur injecter des médicaments ou des extraits de dispositifs médicaux et à prendre leur température par voie rectale pour surveiller s'ils développent de la fièvre.
  • Grâce à des recherches financées par le PETA International Science Consortium Ltd. et menées à l'Institut de biochimie, de biotechnologie et de bioinformatique de la Technische Universität Braunschweig en Allemagne, les scientifiques ont créé des anticorps entièrement d'origine humaine capables de bloquer la toxine toxique qui cause la diphtérie. Cette méthode peut mettre fin à la pratique consistant à injecter à plusieurs reprises aux chevaux la toxine diphtérique et à drainer d'énormes quantités de leur sang afin de collecter les anticorps que leur système immunitaire produit pour combattre la maladie.

Les références

Sœurs Amibes. (2016, 28 août). Enzymes (mis à jour). Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=qgVFkRn8f10&feature=youtu.be

TED-Ed. (15 janvier 2015). Qu'est-ce qui déclenche une réaction chimique ? – Kareem Jarrah. Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=8m6RtOpqvtU&feature=youtu.be

Une réaction chimique est un processus qui conduit à la transformation chimique d'un ensemble de substances chimiques en un autre.

La plus petite unité de vie, constituée d'au moins une membrane, un cytoplasme et du matériel génétique.

Une classe de molécules biologiques constituées de monomères d'acides aminés liés et qui sont les macromolécules les plus polyvalentes dans les systèmes vivants et remplissent des fonctions cruciales dans pratiquement tous les processus biologiques.

La transformation d'une molécule en une molécule différente à l'intérieur d'une cellule.

Les processus chimiques qui se produisent dans un organisme vivant pour maintenir la vie.

Une réaction chimique qui libère de l'énergie par la lumière ou la chaleur.

Un type de réaction métabolique qui se déroule dans une cellule dans laquelle des molécules plus grosses sont séparées pour former des molécules plus petites.

Les réactions anaboliques sont endergoniques, c'est-à-dire qu'elles nécessitent un apport d'énergie pour progresser et ne sont pas spontanées. Ils impliquent la création de molécules plus grosses à partir d'unités plus petites.

Les acides aminés sont des composés organiques qui se combinent pour former des protéines.

Molécules biologiques qui réduisent la quantité d'énergie requise pour qu'une réaction se produise.

Substance qui augmente la vitesse d'une réaction chimique sans subir elle-même de changement chimique permanent.

L'énergie minimale requise pour provoquer une réaction.

Un réactif spécifique dans une réaction chimique qui fonctionne avec une enzyme spécifique.


Mots à connaitre

Reproduction asexuée: Tout processus de reproduction qui n'implique pas l'union de deux individus dans l'échange de matériel génétique.

Cytoplasme: Substance semi-fluide d'une cellule contenant des organites et entourée par la membrane cellulaire.

Organelle : Structure fonctionnelle à l'intérieur du cytoplasme d'une cellule, généralement entourée de sa propre membrane.

Osmose: Le mouvement de l'eau à travers une membrane semi-perméable d'une zone de sa plus grande concentration à une zone de sa moindre concentration.

Protozoaire : Organisme unicellulaire ressemblant à un animal.

Pseudopode : De pseudo, signifiant ⋺lse," et pod, signifiant ȯoot" une extension temporaire d'une cellule utilisée dans le mouvement et la capture de nourriture.

Certaines espèces communes d'amibes se nourrissent de matières en décomposition au fond des cours d'eau douce et des étangs stagnants. Le plus connu d'entre eux, Amibe protée, est utilisé pour l'enseignement et la recherche en biologie cellulaire. Les espèces parasites comprennent Entamoeba coli, qui réside sans danger dans les intestins humains, et Entamoeba histolytica, qui se trouve dans des endroits où l'assainissement est médiocre et est transporté par l'eau et les eaux usées polluées. Infection par Entamoeba histolytica provoque une maladie intestinale grave appelée dysenterie amibienne, caractérisée par une diarrhée sévère, de la fièvre et une déshydratation.


Les réactions catalysées par la désulfhydrase ont-elles lieu dans les cellules animales ? - La biologie

Il s'avère qu'il existe 2 types de chlorophylle, la chlorophylle une & chlorophylle b.
Ils sont légèrement différents chimiquement, mais similaires en ce sens qu'ils aiment absorber les longueurs d'onde de la lumière bleue, violette, orange et rouge, et ont tendance à REFLÈTER (pas absorber) les longueurs d'onde jaunes et vertes.

Et alors?
Eh bien, les plantes ne peuvent pas utiliser l'énergie lumineuse qu'elles réfléchissent. Ainsi, puisque les plantes reflètent les jaunes et les verts, cette énergie ne peut pas être utilisée pour la photosynthèse.

La phase 1 est appelée « photolyse » ou les « réactions photochimiques » ou ( si tu n'aimes pas ces deux noms ) les "réactions légères".
Ces réactions ( peu importe ce que vous les appelez ) nécessitent de la lumière (duh).

Les réactions lumineuses se produisent dans le grana,
qui contiennent la chlorophylle pour absorber la lumière.

Les réactions sombres se produisent dans le stroma.

Parmi les substances de l'équation globale, les réactions lumineuses utilisent de la lumière et de l'eau, et produisent l'oxygène "déchet".

Vous vous souvenez de ce nom "photolyse" ? Cela se traduit par des scissions (photo-) de lumière (-lyse). Il s'avère que l'énergie lumineuse est utilisée pour diviser la molécule d'eau, ce qui produit des ions H+ et O-. L'oxygène est libéré de la plante dans l'air.

  • Les noms de la 1ère phase (léger réactions, photoréactions chimiques, photolyse) contiennent tous des indices indiquant que la lumière est impliquée. Alors rappelez-vous les noms, & puis demandez-vous, "Soi, comment est-ce que la lumière est impliquée?" Et puis répondez-vous, "L'énergie de la lumière est utilisée pour diviser l'eau".
  • Les seules choses que vous pouvez obtenir en séparant l'eau (H2O) est l'hydrogène et l'oxygène. L'oxygène sort (est libéré de la plante). L'hydrogène est utilisé dans les réactions sombres.
  • Les réactions sombres, ou carbone fixation, doit impliquer carbone (duh). Le réactif avec le carbone est CO2. Le CO2 est combiné avec l'hydrogène restant de l'eau divisée dans les réactions lumineuses. D'abord, ils forment du PGAL (un composé 3-C), puis 2 de ces PGAL sont convertis en notre composé 6-C préféré. glucose (C6H12O6). Certaines molécules d'eau sont produites en tant que déchet au cours de cette étape.
  • Les réactions sombres sont alimentées par des composés énergétiques formés lors des réactions lumineuses, à savoir l'ATP et le NADPH2.
  • P.S. PGAL signifie phosphoglycéraldéhyde.

2. Dans quel organite se produit la photosynthèse ?
a) le noyau
b) les chloroplastes
c) la vacuole
d) la paroi cellulaire

3. Quatre plantes identiques sont cultivées sous des ampoules de couleurs différentes. Sous quelle couleur la libération d'oxygène gazeux sera-t-elle la plus lente ?
un bleu
b) vert
c) orange
d) rouge

4. Laquelle des propositions suivantes aurait le le plus petit effet sur le taux de photosynthèse d'une plante verte ?
a) concentration en dioxyde de carbone
b) intensité lumineuse
c) concentration en oxygène
d) eau disponible

5. Lequel des éléments suivants est produit pendant la photosynthèse ?
a) dioxyde de carbone
b) PGAL
c) ADN
d) acide lactique

6. Dans quelle partie de la photosynthèse le traceur carbone-14 serait-il utilisé pour étudier le chemin du carbone à travers les réactions chimiques ?
a) l'absorption de la lumière par la chlorophylle
b) les réactions sombres
c) photolyse
d) les réactions lumineuses

7. L'oxygène atmosphérique inhalé par les animaux provient de :
a) les molécules de dioxyde de carbone se séparent lors des réactions lumineuses
b) le dioxyde de carbone se sépare pendant les réactions sombres
c) les molécules d'eau se séparent lors des réactions lumineuses
d) les molécules d'eau se séparent lors des réactions sombres

8. Quel changement se produit pendant la photosynthèse ?
a) l'énergie solaire est convertie en énergie chimique
b) l'énergie cinétique est convertie en énergie chimique
c) l'énergie chimique est convertie en énergie rayonnante
d) l'eau est convertie en énergie chimique

Pour les questions 9-18, choisissez la meilleure description dans la liste.
A - réactions photochimiques uniquement
B - réactions de fixation du carbone uniquement
C - les deux réactions photochimiques et de fixation du carbone
D - ni les réactions photochimiques et de fixation du carbone


photosynthèse

"grande image"
principale

indice

2. Dans quel organite se produit la photosynthèse ?
a) le noyau
b) les chloroplastes
c) la vacuole
d) la paroi cellulaire

3. Quatre plantes identiques sont cultivées sous des ampoules de couleurs différentes. Sous quelle couleur la libération d'oxygène gazeux sera-t-elle la plus lente ?
a) bleu - le plus rapide
b) vert
c) orange - rapide
d) rouge - plus rapide

4. Laquelle des propositions suivantes aurait le le plus petit effet sur le taux de photosynthèse d'une plante verte ?
a) concentration en dioxyde de carbone
b) intensité lumineuse
c) concentration en oxygène - un produit n'affecte pas la vitesse de réaction, les autres choix sont des réactifs
d) eau disponible

5. Lequel des éléments suivants est produit pendant la photosynthèse ?
a) dioxyde de carbone - utilisé
b) PGAL
c) ADN
d) acide lactique - dans les muscles endoloris faire à la respiration anaérobie

6. Dans quelle partie de la photosynthèse le traceur carbone-14 serait-il utilisé pour étudier le chemin du carbone à travers les réactions chimiques ?
a) l'absorption de la lumière par la chlorophylle
b) les réactions sombres - impliquent carbone dioxyde
c) photolyse
d) les réactions lumineuses

8. Quel changement se produit pendant la photosynthèse ?
a) l'énergie solaire est convertie en énergie chimique - lumière du soleil --> énergie alimentaire
b) l'énergie cinétique est convertie en énergie chimique
c) l'énergie chimique est convertie en énergie rayonnante
d) l'eau est convertie en énergie chimique

Pour les questions 9-18, choisissez la meilleure description dans la liste.
A - réactions photochimiques uniquement
B - réactions de fixation du carbone uniquement
C - les deux réactions photochimiques et de fixation du carbone
D - ni les réactions photochimiques et de fixation du carbone


Chromatographie [retour en haut]

La chromatographie est utilisée pour séparer des substances pures d'un mélange de substances, tel qu'un extrait cellulaire. Il est basé sur différentes substances ayant des solubilités différentes dans différents solvants. Une forme simple et courante de chromatographie utilise du papier filtre.

1. Versez un peu de solvant dans un réservoir de chromatographie et fermez-le pour que l'atmosphère soit saturée de vapeur de solvant. Différents solvants conviennent à différentes tâches, mais ce sont généralement des mélanges d'eau avec des liquides organiques tels que l'éthanol ou la propanone.

2. Placer une goutte du mélange à séparer sur une feuille de papier chromatographique près d'une extrémité. C'est le origine du chromatogramme. La tache doit être petite mais concentrée. Répétez l'opération pour tout autre mélange. Étiquetez les taches avec un crayon, car l'encre peut se dissoudre.

3. Placer la feuille de chromatographie dans la cuve de manière à ce que l'origine soit juste au-dessus du niveau de solvant, et laisser reposer plusieurs heures. Le solvant va remonter le papier par capillarité entraînant avec lui le contenu du mélange. Tous les solutés dissous dans le solvant seront partagés entre le solvant organique (le phase de déplacement) et l'eau, qui est retenue par le papier (le état stationnaire). Plus un soluté est soluble dans le solvant, plus il remontera vers le haut du papier.

4. Lorsque le solvant a presque atteint le haut du papier, le papier est retiré et la position de la face avant du solvant est marquée. Il peut être nécessaire de développer le chromatogramme pour rendre les taches visibles. Par exemple, les acides aminés se colorent en violet avec la ninhydrine.

5. Le chromatogramme peut être analysé en mesurant la distance parcourue par le front de solvant et la distance entre l'origine et le centre de chaque tache. Ceci est utilisé pour calculer le RF (front relatif) valeur pour chaque spot :

distance parcourue par le solvant

Un RF valeur est caractéristique d'un soluté particulier dans un solvant particulier. Il peut être utilisé pour identifier les composants d'un mélange en les comparant à des tableaux de RF valeurs.

Parfois, la chromatographie avec un seul solvant ne suffit pas pour séparer tous les constituants d'un mélange. Dans ce cas, la séparation peut être améliorée en chromatographie bidimensionnelle, où le papier de chromatographie est tourné à 90 ° et exécuté une seconde fois dans un second solvant. Les solutés qui ne se sont pas séparés dans un solvant se sépareront dans un autre car ils ont des solubilités différentes.

Il existe de nombreux types de chromatographie.


Voir la vidéo: Les organites de la cellule animale et végétale et leurs fonctions (Janvier 2022).