Informations

Définition de « sous-dominance structurelle » ?


Dans Stathos et Fishman (2014), les auteurs se réfèrent au concept de sous-dominance structurelle. La première fois qu'ils le mentionnent, c'est dans le premier paragraphe de la deuxième page (colonne de gauche) et le terme est suivi d'une sorte de définition entre parenthèses. Il est écrit:

De plus, le doublement artificiel des chromosomes dans des hybrides de plantes stériles peut parfois restaurer une méiose et une fertilité normales (Stebbins 1950), un modèle de diagnostic de sous-dominance structurelle (infériorité hétérozygote).

En plus de la façon dont ils utilisent le terme « sous-dominance structurelle » dans cet article, la définition ci-dessus me prête à confusion.

La sous-dominance structurelle est-elle un type spécifique de sous-dominance (désavantage hétérozygote) ? Est-ce le processus évolutif par lequel une population est amenée à diminuer la sous-dominance moyenne le long de ses loci ? Est-ce une prédisposition de l'architecture génétique à afficher une sous-dominance lorsqu'un réarrangement chromosomique se produit ? Bref la question est :

Quelle est la définition de la « sous-dominance structurelle » ?


je comprends infériorité hétérozygote (aussi sous-domination ou désavantage hétérozygote) comme le contraire de avantage hétérozygote, c'est-à-dire une fitness plus faible du génotype hétérozygote que l'un ou l'autre homozygote (comme référence, voir Hedrick, 2009, p. 119). je n'ai pas vu le terme sous-dominance structurelle avant. Cependant, le désavantage des hétérozygotes peut parfois être observé chez les hybrides d'espèces/sous-espèces et aussi chez les hétérozygotes chromosomiques (voir Hedrick, 2009, p 140), et c'est peut-être ce que le terme sous-dominance structurelle décrit (structurelle comme dans chromosomique). Cela peut alors conduire à des gamètes déséquilibrés avec une faible viabilité, ce qui signifie une faible fitness par rapport aux homozygotes. La citation que vous avez incluse parle également d'hybrides de plantes, ce qui rend cette explication probable, et cela a également du sens puisqu'ils mentionnent le doublage artificiel comme solution. Si j'ai bien compris le processus, le doublement chromosomique devrait conduire à un meilleur appariement des chromosomes et à un risque moindre de translocations chromosomiques déséquilibrées.

Notez également que Hedrick étiquette désavantage hétérozygote comme un équilibre instable (p. 140ff), mais je n'ai pas regardé de plus près la dynamique derrière cela.