Informations

12.6 : Exercice 2 - Réplication et complémentation - Biologie


Cet exercice sera effectué lors de la prochaine session de laboratoire après que les transformants auront eu la chance de se développer.

Votre sélection initiale de transformants a été effectuée sur des plaques dépourvues d'uracile, mais contenant de la méthionine. Ensuite, vous testerez la capacité de vos souches transformées à se développer sur des milieux dépourvus de méthionine en utilisant un placage de réplique. Nous utiliserons des milieux sans méthionine contenant du glucose ou du galactose pour les répliques, et vous préparerez également une nouvelle plaque maîtresse. Prédisez quels transformants pousseront sur chacune des plaques.

Il est important d'avoir une touche légère pendant le placage de réplique !! L'objectif est de transférer une petite partie des cellules de chaque colonie sur la plaque maîtresse (les plaques portant vos transformants) vers un certain nombre de plaques contenant différents milieux.

1. Placez une marque d'orientation avec un Sharpie sur le périmètre de votre plaque maîtresse ainsi que les plaques qui seront utilisées pour les répliques.

2. Retirez le couvercle de votre assiette principale et retournez la plaque sur le bloc, en alignant le repère d'orientation sur la plaque avec le repère sur le bloc. DOUCEMENT et UNIFORMÉMENT tapoter sur le fond de la plaque pour transférer les cellules sur le velours. Retirez la plaque principale et replacez le couvercle. Vous devriez voir de faibles colonies blanches sur le velours.

3. Répétez l'étape 3 avec des plaques contenant les supports suivants :

• Milieu sans uracile ni méthionine, contenant du glucose
• Milieu sans uracile ni méthionine, contenant du galactose
• Milieu sans uracile, contenant du glucose et de la méthionine


1 Structure et fonction des acides nucléiques.

1.1 Structure des acides nucléiques.

1.1.3 Interactions hydrophobes.

1.1.4 Différentes formes de la double hélice.

1.1.6 Dénaturation et hybridation.

1.1.7 Orientation des brins d'acide nucléique.

1.2.1 Déroulage et rembobinage.

1.2.2 Fidélité de la relecture de la réplication.

1.3 Réplication chromosomique et division cellulaire.

1.4.3 Réparation par recombinaison (post-réplication).

1.5.3 Événements post-traductionnels.

2 Mutation et Variation.

2.1 Variation et évolution.

2.1.3 Mutation dirigée chez les bactéries ?

2.2.3 Variation due à des altérations de l'ADN à plus grande échelle.

2.2.4 Agents extrachromosomiques et transfert horizontal de gènes.

2.3.1 Un modèle du processus de recombinaison général (homologue).

2.3.2 Enzymes impliquées dans la recombinaison.

2.4.1 Restauration du phénotype.

2.5 Mécanismes de mutation.

2.5.3 Irradiation ultraviolette.

2.6 Isolement et identification des mutants.

2.6.1 Mutation et sélection.

2.6.3 Isolement d'autres mutants.

3 Régulation de l'expression génique.

3.2 Contrôle transcriptionnel.

3.2.2 Terminateurs, atténuateurs et anti-terminateurs.

3.2.3 Induction et répression : protéines régulatrices.

3.2.4 Systèmes réglementaires à deux volets.

3.2.5 Systèmes réglementaires mondiaux.

4 Génétique des bactériophages.

4.1 Structure du bactériophage.

4.2 Bactériophages à ADN simple brin.

4.3 Phages contenant de l'ARN : MS2.

4.4 Phages à ADN double brin.

4.4.3 Régulation lytique et lysogène du bactériophage λ.

4.5 Restrictions et modifications.

4.6 Résistance bactérienne à l'attaque des phages.

4.7 Complémentation et recombinaison.

4.8 Pourquoi les bactériophages sont-ils importants ?

4.8.4 Phages dans le milieu naturel.

4.8.5 Virulence bactérienne et conversion phagique.

5.1 Certaines caractéristiques bactériennes sont déterminées par les plasmides.

5.1.1 Résistance aux antibiotiques.

5.1.2 Colicines et bactériocines.

5.1.3 Déterminants de virulence.

5.1.4 Les plasmides dans les bactéries associées aux plantes.

5.2 Propriétés moléculaires des plasmides.

5.2.1 Réplication et contrôle du plasmide.

5.2.4 Incompatibilité plasmidique.

5.3.3 Taux de croissance différentiel.

5.4 Associer un plasmide à un phénotype.

6.2.1 Mécanisme de conjugaison.

6.2.3 Conjugaison dans d'autres bactéries.

6.3.1 Transduction spécialisée.

6.4.1 Conséquences de la recombinaison.

6.4.2 Recombinaison spécifique au site et non homologue (illégitime).

6.5 Gènes mosaïques et plasticité chromosomique.

7 Plasticité génomique : gènes mobiles et variation de phase.

7.1.1 Structure des séquences d'insertion.

7.1.2 Occurrence des séquences d'insertion.

7.2.1 Structure des transposons.

7.3 Mécanismes de transposition.

7.3.1 Transposition réplicative.

7.3.2 Transposition non réplicative (conservatrice).

7.3.3 Règlement de transposition.

7.3.4 Activation de gènes par des éléments transposables.

7.3.5 Mu : Un bactériophage transposable.

7.3.6 Transposons conjugatifs.

7.4.1 Variation médiée par une simple inversion de l'ADN.

7.4.2 Variation médiée par l'inversion de l'ADN emboîté.

7.4.3 Variation antigénique chez le gonocoque.

7.4.4 Variation de phase par mésappariement des brins glissés.

7.4.5 Variation de phase médiée par la méthylation différentielle de l'ADN.

7.5 De ​​courtes répétitions palindromiques groupées régulièrement entrecoupées.

8 Modification génétique : exploiter le potentiel des bactéries.

8.1.1 Génération de variation.

8.1.2 Sélection des variantes souhaitées.

8.2 Surproduction de métabolites primaires.

8.3 Surproduction de métabolites secondaires.

8.4.1 Couper et joindre l'ADN.

8.4.3 Bactériophage λ vecteurs.

8.4.4 Clonage de fragments plus gros.

8.4.5 Vecteurs de bactériophages M13.

8.5.1 Construction de bibliothèques génomiques.

8.5.2 Criblage d'une bibliothèque de gènes.

8.5.4 Construction d'une banque d'ADNc.

8.6 Produits issus de gènes clonés.

8.6.3 Autres hôtes bactériens.

8.7 Autres utilisations du génie génétique.

9 Méthodes génétiques pour enquêter sur les bactéries.

9.2.2 Immunoprécipitation de la chromatine.

9.2.4 Motilité et chimiotaxie.

9.3.1 Mécanismes à large spectre de pathogenèse bactérienne.

9.3.2 Détection des gènes de virulence.

9.5 Taxonomie, évolution et épidémiologie.

9.5.4 Électrophorèse sur gel à gradient dénaturant et électrophorèse sur gel à gradient de température.


Chapitre 12 - Cartographie d'interactome binaire de haute qualité

Les interactions physiques médiées par les protéines sont essentielles pour la plupart des fonctions cellulaires et forment dans l'ensemble un réseau « interactome » macromoléculaire complexe. La cartographie systématique des interactions protéine-protéine, protéine-ADN, protéine-ARN et protéine-métabolite à l'échelle du protéome entier peut faire progresser la compréhension des réseaux d'interactomes avec des applications allant de la caractérisation fonctionnelle d'une seule protéine aux découvertes sur les propriétés des systèmes locaux et mondiaux. Depuis les premiers efforts de cartographie des réseaux d'interactomes protéine-protéine il y a une décennie, le domaine a progressé rapidement, donnant lieu à un nombre croissant de cartes d'interactomes produites à l'aide de mises en œuvre à haut débit de tests d'interaction binaire protéine-protéine ou de méthodes d'association de protéines co-complexes.. Bien que l'on pense souvent que les méthodes à haut débit produisent nécessairement des informations de moins bonne qualité que les expériences à faible débit, nous avons récemment démontré que les ensembles de données d'interactomes à l'échelle du protéome peuvent être produits avec une qualité égale ou supérieure à celle observée dans les ensembles de données sélectionnés par la littérature et dérivés de grands nombres. d'expérimentations à petite échelle. En plus d'effectuer toutes les étapes expérimentales de manière approfondie et d'inclure tous les contrôles et normes de qualité nécessaires, une vérification minutieuse de toutes les paires d'interactions et des tests de validation à l'aide d'analyses orthogonales indépendantes sont essentielles pour garantir la publication de cartes d'interactome de la plus haute qualité possible. Ce chapitre décrit un pipeline de cartographie d'interactomes binaires protéine-protéine de haute qualité et à haut débit qui inclut ces fonctionnalités.


Génétique bactérienne/virale (chapitre 9)

-Les bactéries de type sauvage sont dites phototrophes et peut être cultivé dans un milieu minimal qui contient tous les composés nécessaires à la croissance.

-inoculer le milieu avec des bactéries

-La recherche de résistance est facile- la colonie se développe et peut être cueillie si elle survit. Comment choisir des colonies sensibles qui ne survivent pas ?

et la souche Y24 ne peut pas synthétiser la biotine, la The ou la Cys

et ainsi aucune des souches auxotrophes ne peut se développer sur un milieu minimal.

Lorsque les souches Y10 et Y24 sont mélangées, certaines colonies se développent, car une recombinaison a eu lieu et les bactéries peuvent synthétiser tous les nutriments nécessaires.

Deux souches auxotrophes ont été séparées par un filtre qui permet de mélanger le milieu mais pas les bactéries. Aucune bactérie phototrophe n'a été produite.

Un brin d'ADN du facteur F est coupé à une origine et se sépare.

La réplication a lieu sur le facteur F, remplaçant le brin entaillé.

L'extrémité 5' de l'ADN entaillé passe dans la cellule receveuse où le simple brin est répliqué, produisant une copie circulaire à double brin du plasmide F.

Les souches HFR apparaissent lorsque l'épisome du facteur F se recombine et s'intègre dans le génome bactérien.

Le brin transféré se réplique et le croisement a lieu entre le chromosome Hfr donné et le chromosome d'origine de la cellule F.

Le croisement peut conduire à la recombinaison des allèles (vert vif à la place du segment noir.)

Le chromosome linéaire est dégradé.

Lorsque le facteur F est excisé du chromosome bactérien, il peut transporter avec lui certains gènes bactériens (dans ce cas, lac).


Voir la vidéo: GÉNÉTIQUE II Vidéo1 Polyploïdie et Aberrations chromosomiques (Janvier 2022).