Informations

Y a-t-il une sorte de « conséquence involontaire » dans les systèmes évolutifs ?

Y a-t-il une sorte de « conséquence involontaire » dans les systèmes évolutifs ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

En sciences sociales, les conséquences imprévues sont un terme utilisé pour décrire un effet positif ou négatif inattendu d'une action particulière. Ce n'est évidemment pas le bon mot à utiliser dans le contexte des systèmes évolutifs mais je cherche quelque chose qui a un concept similaire. Il peut être lié aux concepts de la théorie des systèmes dynamiques.

Par exemple, si nous examinons un trait ou un groupe de traits, nous pouvons être en mesure de voir comment cette adaptation a profité à une population. Cependant, les mutations qui se sont produites en cours de route modifieraient sans aucun doute d'autres systèmes/propriétés de l'organisme. Dans de nombreux cas, ces effets seraient négligeables. Je recherche tous les cas où l'effet d'un ensemble d'adaptation conduit à un autre effet comparable (positif ou négatif) pour la population.

Ce qui suit est plus théorique et controversé, mais je suis particulièrement intéressé par des traits plus vastes et plus complexes tels que le comportement (qui peut être considéré comme le produit de nombreuses adaptations évolutives et changements moléculaires différents) et toutes les « conséquences imprévues » qui pourraient survenir à la suite de un tel comportement. Par exemple, l'empathie peut être considérée comme un trait très complexe qui a un avantage évolutif (post hoc, on pourrait dire qu'elle a évolué car elle permet des types de communication spécifiques dans les groupes sociaux) mais elle peut aussi amener les populations à réagir de manière incorrecte (en ce qui concerne la survie) dans des situations menaçantes lorsqu'une réponse empathique n'est pas la réponse la plus optimale. Je me rends compte que je marche sur un territoire vague ici et il peut être controversé de réduire l'empathie au niveau moléculaire comme je l'ai fait dans cet exemple. Mais s'il y a un travail au moins lié à cette idée à un niveau basique, je serais intéressé.

En résumé, je recherche soit le terme qui décrit ce genre d'analyse, s'il existe, soit quelques exemples majeurs qui pourraient m'aider à faire des recherches plus approfondies sur le sujet.


Préambule

Les systèmes évolutifs n'ont pas ces termes exacts pour autant que je sache (bien que je ne sois pas un expert du comportement) C'est principalement parce que, de manière générale, nous devons arrêter de penser aux traits en termes de « conséquences avantageuses » ou « intentionnelles » lorsque l'on discute évolution. Cependant, il existe d'innombrables exemples où un trait évolutif apparemment préjudiciable s'épanouit, ou lorsqu'un trait apparemment bénéfique peut être exploité par d'autres espèces. Ici, je souligne deux exemples simples et bien connus qui pourraient être ce que vous recherchez.

Un trait physiologique de la maladie émerge

La plus connue est la drépanocytose (SCA) ; une maladie qui réduit également la sensibilité au paludisme. Dans les régions du monde où les cas de paludisme sont élevés, il existe également des cas élevés de SCA (Piel et al 2010).

Trait comportemental altruiste exploité

Pour les études comportementales, je pense que les humains seraient trop vagues… (d'accord, je connais très peu la sociologie) Mais il y a une histoire qui me vient à l'esprit d'un autre animal. Les oiseaux sont des modèles idéaux pour les études comportementales.

Le coucou et la fauvette sont une course aux armements évolutive sans fin en termes de camouflage et de comportement. Le coucou parasite le nid de la paruline avec un seul œuf dans une couvée d'environ 3 œufs de paruline. Les parents parulines regarderont le coucou nouveau-né expulser les autres œufs du nid, puis continueront à nourrir le poussin de coucou en pensant que c'est le leur. On pense que la raison en est que les parulines répondent à l'appel alimentaire de leurs poussins (altruiste, bien que de parent à poussin), mais le poussin coucou peut imiter cet appel beaucoup plus intensément qu'une couvée entière de poussins de parulines (l'altruisme est exploité) (Davier et al 1998). À la fin, les parents fatigués nourrissent un poussin trois fois plus gros.



Commentaires:

  1. Froille

    À mon avis, vous vous trompez. Entrez, nous en discuterons.

  2. Tredan

    À mon avis. Tu te trompes.

  3. Arashirn

    Je considère, que vous vous trompez. Je propose d'en discuter. Envoyez-moi un e-mail en MP.



Écrire un message